Comment bien choisir ses travaux de rénovation énergétique ?

rénovation énergétique

Publié le : 27 décembre 20227 mins de lecture

Regroupant plusieurs travaux, le chantier de rénovation énergétique peut s’avérer indispensable pour optimiser la performance thermique d’une habitation. Il induit une diminution des consommations d’énergies du bâtiment. Le projet peut concerner l’isolation des murs, des combles, du toit ou le remplacement d’anciens matériaux. Il doit être réalisé en toute conformité pour atteindre les objectifs visés.

La réorganisation d’espace et l’isolation

Outre la mise à jour des études thermiques, la rénovation énergétique d’un bâtiment nécessite une réorganisation de l’espace. Elle permet de tirer profit des zones tampons de la construction. Ces espaces permettent de protéger certaines pièces de l’habitation du froid. Pour optimiser le confort de vie des occupants, les pièces qui nécessitent plus de luminosité et de chauffage doivent être aménagées au sud, tandis que les pièces de service comme les couloirs et le garage doivent être disposées au nord. Les pièces de nuit qui requièrent un chauffage modéré peuvent être agencées au centre de la maison. Dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, la réorganisation des espaces peut nécessiter l’intervention d’un architecte rénovation énergétique.

Après l’aménagement de l’espace, il faut réviser l’isolation du logement. Prioritaires, les travaux d’isolation pallient aux déperditions de températures. D’après l’ADEME, une grande partie des pertes thermiques au niveau des maisons bâties avant 1975 résulte d’une mauvaise isolation. L’agence estime qu’une technique d’isolation performante permet de réduire la consommation énergétique du bâtiment de 60 % voire plus. Rendant l’habitation plus économe, cette étape rehausse l’étanchéité du plancher, des murs et du toit. Pour déterminer le chantier de rénovation énergétique à privilégier dans votre résidence, référez-vous à l’audit thermique. Ce bilan est établi en amont par un professionnel.

Le système de chauffage du logement

Après l’agencement de l’espace, revisitez le dispositif de chauffage de votre logement. Privilégiez un système efficace pour optimiser la rénovation énergétique du bâtiment. La chaudière à condensation est une bonne option notamment si vous utilisez une énergie fossile comme le gaz ou le fioul. Consommant 4 à 5 % de combustible, la chaudière à ventouse peut aussi s’avérer intéressante. Référez-vous à un guide spécifique pour évaluer le prix du système de chauffage. Primordial dans le cadre d’une rénovation énergétique, le choix de l’énergie mérite une bonne réflexion. Choisissez des énergies renouvelables comme le chauffage solaire et le chauffage au bois. Sachez que le remplacement des radiateurs par des dispositifs à chaleur optimisera l’installation. D’après l’ADEME, la mise en place d’une meilleure solution d’isolation et de ventilation permet d’économiser de l’énergie. Cette démarche rehausse le confort et la durabilité de l’habitation. Pour réussir votre rénovation énergétique et obtenir des aides, faites appel à un spécialiste avéré et qualifié RGE comme un architecte en rénovation énergétique. Pour limiter les dépenses énergétiques de votre résidence, remplacez votre ancien dispositif de chauffage par un système moderne, moins polluant, plus performant et économique. Concentrez-vous sur des énergies renouvelables ou avec un meilleur rendement.

La ventilation de l’habitation

Très importante lors des travaux de rénovation énergétique, la ventilation garantit la bonne évacuation de l’humidité dans l’air qui risque de détériorer les plafonds et les murs. Des entrées d’air dans les pièces et des aérations en haut des fenêtres sont indispensables. Pour aménager une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) qui garantit la meilleure circulation de l’air dans la maison, de gros travaux sont parfois nécessaires. Le seul bémol est que cette solution se décline en plusieurs gammes. Un logement bénéficiant d’une rénovation énergétique privilégie la bonne pénétration de l’air extérieur. La réduction de la pollution intérieure permet de réelles économies d’énergies. En effet, l’air vicié a tendance à être plus humide. Notez qu’un surplus d’humidité peut créer des moisissures et des champignons, des éléments qui risquent de déclencher de graves problèmes de santé. Très souvent recommandée, la mise en place d’une VMC s’avère efficace dans certains cas. La VMC simple flux permet une évacuation de l’air vicié vers l’extérieur du logement et une pénétration de l’air neuf par des entrées qui sont généralement placées sur les fenêtres. Fonctionnant de la même manière, la VMC double flux permet de préchauffer les flux d’air d’extérieur avant de les répartir dans l’ensemble de l’habitation. Une résidence bien isolée garantit des économies d’énergies non négligeables.

Le remplacement des fenêtres

Une bonne planification des travaux de rénovation énergétique est primordiale avant la réalisation du chantier. L’élaboration d’un cahier des charges et l’assistance d’un professionnel sont nécessaires. Si les travaux concernant le gros œuvre sont prioritaires, la peinture ainsi que les petits travaux sont programmés en seconde phase. Le remplacement des fenêtres est important dans le cadre d’une rénovation énergétique. En France, si la plupart des constructions sont équipées de double vitrage, environ un tiers sont encore dotées de simple vitrage. La Règlementation Thermique 2012 impose un coefficient d’isolation de vitrage à 1.6 Ug. Au niveau de la toiture, une solution d’étanchéité est indispensable pour éviter la pénétration des eaux de pluies et éviter les fuites d’air. La technique à appliquer diffère selon le type de toit.

Plan du site